C'EST LA FIN DE TIPEEE...

En tout cas, c'est la fin de mon tipeee !

Si vous pensez que je vous parle de natives nord américains, il va falloir lire la suite pour comprendre. Si vous savez de quoi je parle, peut être que vous avez participé à l'aventure. Alors je voudrai vous expliquer les raisons qui m'ont poussé à fermer mon tipeee.


Un tipee, déjà, c'est quoi ?


Du coup, c'est pas ca.

Très bonne question. Tipeee, c'est un site, dont le nom vient de "tip" pourboire, en anglais. L'idée est de pouvoir soutenir la personne de son choix (plutôt souvent un créatif, mais pas que) en lui versant un pourboire chaque mois, de manière régulière. On retrouve sur tipeee des créateurs de contenu gratuit, des vidéastes, des reporters, et des artistes.


C'est un truc qui fonctionne bien, depuis des années, et dont je connais plusieurs utilisateurs réguliers.


Pourquoi j'étais sur tipeee ?


A moins d'avoir hiberné ces derniers temps (et encore, depuis super longtemps) vous êtes au courant que depuis mars, la situation est un peu compliquée dans tous les secteurs, un peu partout, et en particulier (je ne penses pas exagérer en disant ca) pour l es indépendants, le secteur de la culture, du tourisme, de l'animation, de l'évènementiel.


Ca tombe bien, je travaille dans la culture, avec comme clients principaux les musées, l'évènementiel et je suis indépendante.


Bref:

En mars, la première semaine du confinement a été les annulations les un après les autres de quasi tous les projets qui étaient validés sur les mois suivants. J'ai voulu alors réfléchir à une remise en cause complète de tout mon fonctionnement, m'adapter pour réussir à passer cette crise, surmonter ces moments compliqués et instables. Par contre, qu'on soit bien d'accord, je ne suis pas dans l'idée de faire pleurer dans les chaumières, il y a largement pire que moi.


Par exemple, lui.

Tout ça pour dire que j'ai alors réfléchi à une autre façon de travailler et j'ai décidé d'ouvrir un espace sur tipeee, et de proposer des cours de dessin en ligne ouverts à tous.


Mine de rien, plusieurs mois après (et je sais que pour certains d'entre vous, c'est le même sentiment) c'était vachement chouette comme moment. Pouvoir partager régulièrement en direct avec vous, tous les matins (ou presque), voir les progrès que beaucoup d'entre vous ont fait… c'était une période tellement particulière … bref … ca reste un merveilleux souvenir.


Mais alors, quoi, tu arrêtes parce que ça à fait un bide ?


Ben en fait, pas vraiment. Une 10 aine d'entre vous se sont engagés à me soutenir, dont certains pour plusieurs dizaines d'euros chaque mois. A chaque nouveau soutien, j'étais vachement surprise, émue et touchée.


plus ou moins ça, mais sans le maquillage et la mise en pli.

Au final, c'est avec presque une centaine d'euros que vous m'avez soutenu pendant plusieurs mois. Merde alors, c'est pas rien, et le fait d'écrire ça, ca me touche à nouveau. Franchement, merci.


Alors pourquoi j'arrête ? 100 balles qui tombent comme ça, tous les mois, sans obligation de rien faire, c'est quand même pas mal non?

Oui mais justement, sans obligation de rien faire.

Et sans temps de faire le seul vrai truc qui avait justifié ma démarche, au delà de la solidarité: les cours en ligne.


Vous le savez peut être, j'ai d'autres responsabilités d'élue maintenant en plus de mon boulot d'illustratrice qui me prennent quand même un peu de temps, et je ne peux plus régulièrement faire de rendez vous matinaux autour du dessin. Et puis aussi, je suis absolument convaincue que tout échange doit être équivalent.


Je déteste les campagnes "achetez aux artistes parce qu'ils sont vivants". Je deteste les campagnes culpabilisatrices qui disent "vous devez acheter en ville, si le centre ville meurt, c'est votre faute". Et je vous dis ça en étant artiste, et en ayant eu ma boutique au centre ville pendant presque 4 ans.


Tout simplement parce que je suis absolument persuadée qu'on ne devrait pas acheter à quelqu'un par principe, parce qu'il est vivant, parce qu'il est au centre ville, parce qu'il faut, parce que sinon on aura une malédiction vaudou (enfin si, la ça peut peut être valoir le coup, je vous laisse choisir), mais qu'il faut acheter pour les BONNES RAISONS.


Et moi, en tant qu'artiste, j'ai pas envie que les gens m'achètent un truc parce que je suis vivante, mais parce qu'ils aiment ce que je fais. Et c'est tout !


Bon, je crois que je suis en train de digresser comme d'habitude, alors on va revenir au sujet :D


Reviens Sujet ! Ne pars pas, les lecteurs veulent connaitre la fin de l'histoire !

Et donc ?


Ben et donc, deux réflexions (voir même trois):

-je n'ai plus le temps de proposer des cours en ligne. En tout cas, je ne suis plus forcément dispo chaque jours aux mêmes horaires, donc c'est compliqué.

-Je recommence à avoir quelques commandes, et j'ai moins le temps de proposer des illustrations offertes.

-Ma situation financière s'est améliorée et autant je n'ai aucun soucis avec le principe de gagner ma vie avec quelque chose que j'aime faire, j'en ai un avec l'idée de demander de la solidarité alors que ça va mieux.



Tiens, une quatrième pour la route :

-j'aime vraiment faire du sur mesure en illustration. Et ça implique une commande, plutôt qu'une illustration globale qui devra plaire à tous. C'est un autre modèle économique (celui qui était le mien depuis des années, avant le confinement).


Même une cinquième:

-je me sentais un peu mal à l'aise de me dire que je pouvais continuer comme ça discrétos, a recevoir de l'argent de personnes qui ne se souvenaient même plus forcément qu'elles s'étaient engagées.


De toutes ces réflexions, je crois que la plus importante, la vraiment vraiment plus importante, est mon envie de transparence et de crédibilité dans le soutien.

J'ai fait appel aux gens qui aiment mon travail pour survivre dans une période ou j'ai vraiment cru que ça allait s'arrêter. J'ai proposé une autre façon de passer cette crise, en offrant quelque chose en échange.


Mais cette aide, elle doit, (et je parle uniquement pour mon cas, je ne suis pas en train de faire des généralités sur les autres artistes ou tous les autres modèles économiques qui existent) être précisément associée à un besoin cerné, à une période et une utilité claire: et c'était le cas pour ces 5 derniers mois.


De la même manière qu'on ne donne pas des graines aux oiseaux toute l'année mais uniquement quand il gèle, pour ne pas les rendre dépendants et ne pas affaiblir leur capacité à se débrouiller par eux même, je n'ai pas envie de finir par me reposer sur mes lauriers (enfin, sur les tips) et d'affaiblir ma capacité à me débrouiller, innover, chercher, créer par moi même.

Evidemment, la situation n'est pas encore rose. Elle est compliquée pour beaucoup d'entre nous. Je ne dis pas que tout va bien dans le meilleur des mondes (quoi que, je pense qu'on fait tous de notre mieux) mais encore une fois, pour ce qui est de ma situation à moi, c'est moins pire :) Et cela ne justifie plus, pour moi, de vous demander de me soutenir de cette manière la.


Alors, qu'est ce qu'on fait maintenant ?


Ben, on fait ce qu'on veut ! On peut continuer à apprécier mon travail via les réseaux sociaux, facebook et instagram. On peut lire mes bouquins, les emprunter à des amis, ou les acheter, on peut partager mon travail, inviter ses connaissances à le découvrir via les réseaux.... Et puis évidemment, on peut aussi passer commande pour une illustration sur mesure, ou acheter une œuvre originale.


Si on est une entreprise, un lieu ouvert, une administration, un commerce, un musée, ou si on connait quelqu'un qui travaille dans ce genre de milieu, on peut faire appel à moi pour des créations :)



On peut aussi mettre un petit commentaire sous ce (très/trop) long article pour échanger sur tout ça.


Bonne journée à tous ;) et merci à ceux qui ont participé à cette belle aventure ;)


119 vues

Abonnez vous aux prochains articles

Mots clés

Contactons nous

redpaln.illustrations@gmail.com   |   06-34-11-24-08