LA LEGENDE (ATROCE) DE SAINT NICOLAS

A l'occasion de la sortie de ma nouvelle illustration (que vous pouvez retrouver dans la rubrique boutique/tirages ou boutique/carterie) sur Saint Nicolas, j'ai eu envie de vous faire un article à ce sujet :)


J'ai grandi dans les Vosges, merveilleuse région boisée, dans laquelle on peut faire du ski, des fêtes avec des chars en jonquille, ou on mange des brimbelles, où on met des patins quand on rentre à la maison (pas des "chaussons", des patins ! ), ou les gens se divisent eux même entre "ceux de la plaine" et "ceux de la Vôge et ceux de la montage (et même plus simplement la montagne contre la plaine), mais surtout une région dans laquelle j'avais cette chance fantastique d'avoir deux fêtes sympathiques à la fin de l'année: noël évidemment, mais aussi Saint Nicolas.


D'ailleurs en Lorraine, les festivités de la Saint Nicolas sont souvent plus importantes que pour noël. Il n'y à qu'a Epinal que j'ai vu des défilés de plusieurs dizaines de chars, de groupes de musiques incroyables se succédant pendant plus d'une heure (et de tous les défilés que j'ai pu tester, celui d'Epinal reste le plus incroyable, comparé à Nancy, Bar le Duc, Verdun en tout cas, et pourtant dieu sait si j'aime la Meuse, mais pour les défilés de St Nicolas, on est clairement pas à la cheville des Vosges.)


Soyons honnêtes, l'autre truc sympa en dehors du défilé, c'est que quand on habite l'est de la France et qu'on fête St Nicolas, on a donc deux fois des cadeaux. Eh oui, c'est "en plus" de noël, pas du tout à la place !


Mais donc, pourquoi je vous parle de tout ca ?


Pour deux raisons: J'aime tout autant l'illustration que les légendes et les mythologies (et le symbolisme, et la théologie en général, bien que je sois personnellement athée) et que j'aime mêler les deux. C'est ainsi que j'ai terminé ce matin (ou hier, selon si j'aurai le courage de tout finir ce soir) mon image de St Nicolas, que, allez hop, je vous présente de suite :

Et tout au long de la légende, je vous présenterai les illustrations d'autres artistes que j'aime beaucoup :)



MAIS IL FAIT QUOI AVEC LES ENFANTS DANS UNE BASSINE ?

En partageant cette image, je me suis remémorée le fait que la légende de Saint Nicolas qui est une véritable institution ici n'est pas forcément connue de tous et de toutes. Comme c'est une légende guillerette, fraiche, sans violence et parfaitement mignonne, je me suis dit que j'allais vous la conter.


Spoiler Alert: en fait, ce n'est pas du tout mignon, mais alors pas du tout. On est plus proche de l'histoire d'horreur glauque mais vous vous ferez votre propre idée. N'oubliez pas, en lisant les prochains paragraphes, qu'ici, on nous la raconte depuis notre plus jeune âge et qu'on trouve que c'est une histoire sympa, ce qui à toujours rendu dubitatif mon chéri qui n'a pas grandit par ici.


Allez, on va raconter tout ca, en reprenant la chanson qu'on chantait ^^


IL ETAIT TROIS PETITS ENFANTS QUI S'EN ALLAIENT GLANER AUX CHAMPS


Alors voila le début de la chouette chanson de la légende de Saint Nicolas, à chanter sur un ton enjoué. Nous voila donc en compagnie de trois pauvres marmots obligés d'aller récupérer des épis qui auraient été loupés par les moissonneurs, probablement pour avoir un peu un truc à manger le soir. C'est vous dire si déjà on part dans un truc enthousiaste et plein d'entrain. Les trois petits enfants ont question n'ont pas un sous, et probablement leurs parents aussi si on est logique.


La dessus, ce qui doit arriver arrive: le soir tombe, ils sont toujours en train de ramasser des trucs, ils ont pas fait gaffe, ils sont perdus, bref, disons le tout net: ils veulent se la jouer demerde et autonomes, mais ils se sont bien loupés sur le coup la.


S'en vont au soir chez un boucher. « Boucher, voudrais-tu nous loger ?

Bon, c'est déjà pas ultra logique. A moins que le boucher habite vraiment en rase campagne, loin de tout village (ce qui n'est, commercialement parlant, pas forcément la preuve d'une grande intelligence du boucher non plus) on peut raisonnablement penser qu'il habite pas trop loin du village ou les gosses habitent, à moins qu'ils aient parcouru plus de 20km sans s'en rendre compte.


Bref, imaginons, ils sont perdus, et oooh au loin, une maison isolée, avec un boucher. Si vous vous rappelez que je vous ai raconté que l'histoire était un peu glauque, vous commencer à le sentir mal pour la suite.


Entrez, entrez, petits enfants, Il y a de la place assurément.»

Vous vous dites probablement que je suis plutôt mauvaise langue, parce qu'il à l'air vachement sympathique ce boucher. Il pourrait avoir autre chose à faire le soir que de s'occuper de marmots en divagation. Eh ben il fait l'effort, il ouvre la porte, il a même l'air plutôt cool, et la on se dit que nos petits enfants, les voila qui vont passer une bonne nuit.


Le merveilleux Saint Nicolas de Jean Paul MARCHAL, dont j'adore absolument le travail, imagier graveur à EPINAL

Sauf que comme je vous l'ai dit, c'est une histoire glauque, horrible, atroce et sans pitié. La, vous êtes probablement en train de vous imaginer un plan terrible, style hansel et gretel, ou il faut quatre ou cinq pages d'action avant qu'on découvre l'horrible véritable intention de la sale sorcière ? C'est la que vous allez être déçus, parce que niveau suspens, on est assez vite fixés, puisque voici la suite de la chanson (et je n'ai pas triché, hein, c'est vraiment la suite immédiate, sans préambule et sans fioritures ) :


Ils n'étaient pas sitôt entrés, Que le boucher les a tués, Les a coupés en petits morceaux, Mis au saloir comme pourceaux.

Ah ben je vous avait prévenu.


Au moins on est fixés, ici pas de torture inutile, pas de longs rebondissements, ils rentrent, on leur dit bonsoir, et hop la, c'est terminé. On se croirait à la fin de la saison 1 de Game Of Thrones, vous l'aviez pas vu venir celle la, hein !


Alors la motivation du boucher est assez floue. On pourrait penser qu'il voit la bonne aubaine de rentrer de la viande sans trop s'enquiquiner à élever ses animaux, mais on découvrira au couplet suivant qu'en fait plusieurs années après, il n'en à pas fait grand chose de particulier.


Est il sadique ? Vu la rapidité du machin, je ne suis pas convaincue. Il ne fait pas ça pour l'argent, il ne fait pas ca par cannibalisme. Est il passionné de découpage d'enfant ? L'hypothèse pourrait sembler tentante, mais vu qu'il n'a pas l'air de sillonner la campagne à la recherche d'enfants à enlever, j'ai des doutes.


Des années après, j'ai toujours une incompréhension totale des motivations profondes de ce boucher. On pourrait dire qu'il est juste fou. Mais ce n'est pas une vraie explication non plus.


Vous vous dites que peut être la suite de l'histoire va voir débarquer les parents furieux, ou inquiets. Qu'il va avoir une juste punition divine ?


Saint Nicolas au bout d'sept ans, Saint Nicolas vint dans ce champ. Il s'en alla chez le boucher : « Boucher, voudrais-tu me loger ? »
« Entrez, entrez, saint Nicolas, Il y a d'la place, il n'en manque pas. » Il n'était pas sitôt entré, Qu'il a demandé à souper.

Donc vous l'aurez compris, sept ans plus tard, tout le monde s'en tape complétement de ces trois pauvres enfants disparus. Si on compare avec d'autres légendes riantes de l'époque, comme le petit poucet, on peut se dire que les parents ont peut être finalement été soulagés. D'ailleurs, la ou le petit poucet enquiquine ses parents à vouloir à tout prit rester en vie, malgré leurs combines à deux ronds, vous noterez qu'ici les trois gamins se débrouillent tous seuls pour ne plus importuner leurs géniteurs. Les parents du petit poucet doivent être jaloux.


Saint nicolas sur un mur en centre ville d'Epinal

Bref, voila enfin que Saint Nicolas arrive. Alors il se la joue un peu Gandalf qui arrive chez Bilbo, genre je passais par la, sauf que bon, avec Saint Nicolas, il ne faut vraiment être pressés, puisqu'il a quand même mis 7 ans à rappliquer. Si le triple meurtre d'enfant y a 7 ans d'attente, je n'ose pas vraiment imaginer le genre de choses qui peuvent être plus urgentes.


Vous aurez aussi vu que 7 ans plus tard, le boucher au business plan chelou qui s'est installé à l'écart de toute civilisation n'était à priori pas si nul que ça, puisqu'il est toujours boucher.


« Voulez-vous un morceau d'jambon ? Je n'en veux pas, il n'est pas bon. Voulez vous un morceau de veau ? Je n'en veux pas, il n'est pas beau !

Le mystère s'épaissit, notre boucher ermite, en plus, est un mauvais boucher. Comment s'en sort il ? Comment paye t'il ses charges ? Nul ne le sait.

Du p'tit salé je veux avoir, Qu'il y a sept ans qu'est dans l'saloir. Quand le boucher entendit cela, Hors de sa porte il s'enfuya.

Si on avait encore des doutes sur le fait que Saint Nicolas n'avait peut être découvert que récemment qu'il y avait eu un atroce triple meurtre d'enfant, et qu'on pouvait lui laisser le bénéfice du doute, pour le coup, ce n'est plus le cas, puisqu'il sait parfaitement que les mômes sont la depuis 7 ans.


Notre boucher psychopathe décide donc courageusement de s'enfuir, tétanisé par ce vieux monsieur qui lui demande du petit salé.


La vous vous dites que sa punition va être terrible, à la hauteur de son crime, et qu'il va finir a minima dans le saloir ?


Ben en fait non, il s'enfuit. Bon, si, Saint Nicolas lui crie vaguement un truc pendant qu'il s'en va, genre reste la, mais vous vous doutez bien que le boucher, trop content de ne pas avoir à répondre de ses crimes ne va pas attendre l'arrivée potentielle des forces de l'ordre, que d'ailleurs Saint Nicolas n'a pas appelées.


allez, une plus traditionnelle pour le coup !
« Boucher, boucher, ne t'enfuis pas, Repens-toi, Dieu te pardonn'ra. » Saint Nicolas posa trois doigts. Dessus le bord de ce saloir :
Le premier dit: « J'ai bien dormi ! » Le second dit: « Et moi aussi ! » Et le troisième répondit : « Je croyais être en paradis ! »

Niveau punition divine, on a vu mieux., et c'est quand même plutôt à géométrie variable si on y réfléchit bien. On est quand même dans une configuration, à l'époque, ou avoir un enfant hors mariage peut vous faire rôtir en enfer pour l'éternité, mais ou on offre le pardon sans confession à un tueur d'enfant sanguinaire (il les a quand même découpé en morceaux) chelou (il les a gardé pendant des années !) qui n'a pas fait preuve du moindre remord de ses actes. Définitivement, bel exemple pour la jeunesse !


Alors évidemment ça se finit bien. Hop, une passe magique, et Saint Nicolas ressuscite nos trois gosses. J'aurai rien eu contre un couplet de plus racontant l'arrivée chez les parents qui n'avaient pas particulièrement l'air de les chercher plus que ça, un couplet sur l'avenir du boucher, bref, il y aurai quand même eu largement de quoi faire une saison 2, dommage qu'elle ai été annulée.


Et voila, c'est la fin de la légende, et celle de cet article aussi. Pour être raccord avec la légende, l'article se finit un peu abruptement, mais il est tard et je suis fatiguée. Ca m'a fait plaisir de vous raconter cette histoire réjouissante, pleine de morale et de bons sentiments.


Maintenant, vous savez pourquoi il y a trois enfants dans une bassine, et vous faites partie des gens qui justement, savent que ce n'est pas une bassine et qu'ils ne font pas leur bain.


Et vous, vous connaissiez cette histoire ?

106 vues

Abonnez vous aux prochains articles

Mots clés

Contactons nous

redpaln.illustrations@gmail.com   |   06-34-11-24-08