Back to the eighties

A l'école, je suis en horaires aménagés musique. Je passe la moitié de ma semaine à l'école de musique, puis au conservatoire, et l'autre moitié à l'école "normale". J'apprend le piano, la flute traversière, les percussions. Mon rêve aurai été de faire de la harpe, mais on avait déja un piano à la maison. Ca sera piano, donc.

En avant la musique

Je suis née dans les vosges dans le milieu des années 80, l'époque des pulls chaussettes, des lunettes à monture épaisse et des kways.

Quand je suis petite, je dessine, un peu comme tous les enfants. A l'époque, mes plus belles oeuvres s'intitulent "maison carrée au bout d'une route" ou "voiture carrée au profil anti aérodynamique".

Je n'ai presque pas changé.

Les lunettes, le camescope, je ne vous ment pas sur mon âge.

En dehors de l'école, je fais du théâtre, des arts du cirque, de l'athlétisme, de l’aïkido,de l'escalade... plus tard du kung fu. Mais toujours pas d'art à proprement parler.

Je dessine toujours un peu avec mes feutres, et je fais quelques lettres en 3D pour mes copains de classe, le genre de trucs super classes qui te font croire que tu es le meilleur dessinateur du monde.

Je commence "sérieusement" le dessin

On dit souvent que la vie est faite de rencontres. C'est ma rencontre avec un animateur lors d'une colonie ou je suis pour les vacances qui va me donner envie d'aller plus loin que "juste mes petits dessins". Ludo dessine très bien, il me montre comment faire des croquis, comment dessiner des personnages qui ne seraient plus les espèces de barriques mal articulées que je fais jusqu'alors. Je me met "sérieusement" au dessin.

A 17 ans, je décide d’arrêter la musique, en tout cas les cours. J'en suis à plus de 4 heures de piano par jour, et je ne veux pas (et n'ai jamais voulu) en faire mon travail. Je suis en première, je quitte la section technique musique pour rattraper une section Littéraire. Tant qu'à faire, je choisi option "lourde" artistique.

Suite logique.

Deux ans plus tard, je décroche mon Bac Littéraire option artistique lourde. Grâce à l'histoire géo, qui m'a sauvé de mon 8 catastrophique en art plastique. Comme quoi.

Après ça, je ne sais pas quoi faire de ma vie. Entre temps j'ai découvert Verdun. Je décide d'y rester. Mais je ne sais toujours pas quoi faire. Je vais devenir un peu vendeuse de jeu vidéo, un peu serveuse chez un traiteur chinois, un peu barmaid. Un peu tout et rien. Et puis lors d'un salon des métiers, je découvre le métier de maréchal ferrant. Je me dis que ça doit être sympa.

Je ne monte pas à cheval, personne de ma famille n'a d'animaux. Soyons honnêtes, j'ai même un peu peur des grands chevaux. Je décide donc de devenir maréchal ferrant.

Je réussi à trouver un maitre de stage, je me bats contre mes peurs et les préjugés, j'obtiens mon diplôme. Je m'installe dans la foulée en tant qu'indépendante.

En fait, le premier logo que j'ai dessiné , vous le voyez en fond.

Tout aurai pu continuer ainsi pendant des années. Mais je rencontre celui qui va devenir mon mari... en jouant à world of warcraft. Il habite sur Lyon, moi je suis sur Verdun. Quelques mois après notre rencontre en vrai, je quitte ma région pour la sienne et je ferme mon entreprise. Retour à la case départ: "qu'est ce que j'ai envie de faire ?"

2013 maintenant ou jamais.

Arrivée sur Lyon, je fais des boulots alimentaires. De la caisse. Puis responsable d'un point chaud , je fais cuire des croissants et des baguettes. Et parfois je dessine un peu sur des sachets de boulangerie. Je n'aime pas mon travail. Mais je ne sais toujours pas quoi faire d'autre.

Un jour je prend la décision que ça ne peux pas continuer comme ça. Je dois trouver autre chose.

En 2012, la naissance de ma fille va me permettre de prendre le temps de chercher une nouvelle voie, pour tout changer.

~#happy

Pendant mon congé maternité, je cherche quoi faire. Je fais le tour de mes compétences. De ce que je peux apprendre. A l'époque, je n'ai aucune confiance en moi et ouvrir mes cartons a dessin est difficilement envisageable. C'est pourtant ce que je vais faire quand un jour une amie me dit

"Mais pourquoi tu montrerai pas ce que tu fais ? Tu as quoi à perdre ?"

Alors je crée une page facebook. "Redpaln Works". Je publie quelques dessins, quelques illustrations tirées de mes créations personnelles. J'en suis la première surprise, mais les gens aiment. D'amis et de connaissances, puis de parfaits inconnus, la page se remplit. Je commence à me dire que peut être ce que je cherche depuis plusieurs années était sous mes yeux.

Et puis tout s’accélère. Je présente mon travail à une sélection pour ma première exposition. Je suis retenue, et la ville de Lyon me commande une toile. Jusqu'au bout, je pense qu'il s'agit d'un canular. En fait non.

Je commence à exposer les week-end dans de petits marchés. Soyons honnêtes, ces premières fois sont de terribles bides. Mais je m'accroche.

Marché créateurs, Croix Rousse, Lyon , 2013

Milieu 2013, celui qui est devenu mon mari se voit muté dans une ville qui ne nous intéresse absolument pas. C'est la douche froide. Il gagne bien mieux sa vie que moi, avec une sécurité de l'emploi qui ferai rêver pas mal de monde. Au lieu de nous résigner à aller la ou on nous demande d'aller, nous décidons pour la vraie première fois, justement, de "décider".

A ce moment la, je viens de quitter mon emploi salarié pour mes illustrations, mais je suis encore loin du smic.

Nous prenons la meilleure décision de notre vie, tout plaquer, et vivre en étant libres à 100%. Nous quittons Lyon et sa région pour revenir en Meuse. Et la, je n'ai plus le choix, le plan est de faire vivre ma famille avec l'illustration, comme ça, la tout de suite, maintenant.

Avec le recul, ça semble tellement fou (et ça l'était encore plus que ça ne semble ! ). C'était en 2013.

Back to Meuse

Fin 2013 nous voila de retour en Meuse. Tout est à reprendre à zéro. Je décide de me lancer tout de suite dans le vif du sujet: je loue la chapelle Buvignier, la plus belle salle de Verdun pendant un mois pour y exposer mon travail.

Dans le même temps, j'expose au grand marché d'art contemporain de Paris Bastille, mais aussi à Lyon, Epinal, Metz... je suis sur tous les fronts pour réussir mon pari: faire vivre ma famille avec le dessin.

Et il semblerai que les heures et les heures de travail paient.

Première exposition à la Chapelle Buvignier mai 2014

Les choses s’accélèrent encore... Je sors mon premier livre "le RedpalnOcontes" en avril 2014, puis l'Admirable Abécédaire en novembre de la même année. En 2015, c'est l'Iliade Revisitée qui débarque en février, suivie en mai du tome 2 de la série RedpalnOcontes. Je retourne à la chapelle buvignier pour 15 jours d'exposition au printemps 2015. Fin 2015, je sors le "Tarot des Lignes " (épuisé aujourd'hui). Je multiplie les expositions, les marchés d'arts, les salons du livre et les marchés de créateurs. Je suis presque tous les week end loin de chez moi. Cela commence à me peser, et j'ai envie de me poser.

L'aventure DUO9

Avec une amie verrière d'art rencontrée sur les marchés, nous avons toutes les deux envie d'ouvrir une boutique. En septembre 2015, une petite annonce attire notre attention. Un petit local, pas trop mal placé, et pas trop cher. On décide de tenter l'aventure et le propriétaire nous accepte avec notre demande de bail précaire.

A l'époque, je me dis que c'est déjà beau si on tient 6 mois.

Nous finançons la caution et quelques meubles grâce aux contributeurs du projet Ulule qui est lancé, et fin octobre, c'est la pose de l'enseigne.

Octobre 2015

A l'époque je ne veux pas perdre ma "liberté " et la boutique est ouverte uniquement les vendredi et samedi. Je reste du temps je crée de chez moi. Cela se passe plutôt bien, mais en mai, Cél'Verre se rend compte qu’être toujours au même endroit ne lui convient pas. Elle voudrai retrouver l'ambiance des marchés créateurs, et les charges qu'elle a à la boutique ne lui permettent pas de le faire. Elle décide d’arrêter et je me retrouve face à un dilemme: un retour en arrière et une fermeture ou un deuxième saut dans le vide pour tenir seule ma boutique.

Je n'aime pas reculer.

Je choisi de continuer. Un peu par défaut, pour trouver une nouvelle identité, la boutique devient "Le Comptoir Redpaln". Nous sommes en juin 2016.

Le comptoir redpaln

A partir de juin 2015, je suis '"obligée " d'ouvrir la boutique atelier tous les jours. Je me rend compte que cela me donne un plaisir que j'avais oublié : profiter "vraiment" de mon chez moi. Ma clientèle se renforce, et je commence à intervenir également dans les écoles, dans les centre sociaux, auprès d'associations... Je réalise des fresques, des ateliers... et toujours quelques expos au long de l'année.

Nouvelle enseigne, nouvelle ambiance... juin 2016

Vous Etes Extraordinaire

Fin 2017, je me lance dans l'écriture de mon 10éme livre, qui ne sera pas un livre illustré. Depuis plusieurs années, j'ai appris à avoir confiance en moi, à faire des choix difficiles, à me rendre compte que nous sommes capables de beaucoup plus que nous le pensons. Depuis 2015 j'organise un festival sur Verdun, "Les Arts Rouges" pendant lequel je présente des artistes confirmés et débutants, et lors duquel je cherche à démontrer que oui, on peut vivre de sa passion.

En expo ou en dédicaces j'ai souvent de passionnantes discussions avec les visiteurs sur les propres barrières que nous nous mettons et qui nous empêchent d'accomplir ce que nous voudrions faire. Un jour, on me dit:

"Tout ça, vous devriez en faire un livre".

Je laisse l'idée murir. Quelque mois après, j'attaque l'écriture. Ce sera "Vous Êtes Extraordinaire".

janvier 2018, le voila !

Ce livre change beaucoup de choses. A la suite de sa publication, je dois le renvoyer chez l'imprimeur, tout le premier tirage part en précommandes.

Devant son succès, j'ai envie de faire quelque chose d'encore plus fou: monter sur scène pour parler de tout ça, en live.

Une amie qui travaille dans un théâtre sur Toulouse me propose de louer une petite scène pour me lancer.

La date est posée, ça sera fin février 2018.

Je travaille ma conférence, je me lance, et je me rend compte que j'aime ça, voir le regard des gens s'allumer et réaliser que d'autres chemins sont possibles.

En avril 2018, je suis sélectionnée pour participer à mon premier TEDx; sur Metz. Je travaille mon talk qui aura pour thème: "l'avenir n'est pas le résultat de notre passé, mais des choix que nous allons faire". C'est une expérience absolument dingue. Je commence en parallèle de l'illustration à proposer des ateliers de groupe pour aider les gens à trouver leur voie, pour les motiver et les inspirer. J'interviens sur Metz, Paris, Verdun, Rennes... toujours avec la même envie et le même plaisir.

Metz avril 2018

De plus en plus j'ai des demandes de suivi individuel. Des gens qui veulent apprendre à voir les choses différemment. Je les reçois dans ma boutique atelier... mais cela ne me convient pas. J'apprends alors que le local juste à coté du Comptoir Redpaln va se libérer. Même taille, mais en deux pièces. Je saute sur l'occasion. L'idée est de faire un plus petit comptoir et une pièce dédiée au développement personnel. Je trouve une identité pour ce service: Beyond Max Q (le point critique en astrophysique au décollage d'une fusée quand les risques d'implosion sont les plus forts s’appelle le Max Q, l'idée est donc d'emmener les gens au delà de leur "max q").

J'interviens dans des associations, des centre sociaux, des entreprises. Évidemment je continue toujours l'illustration en parallèle, cela reste mon métier principal.

Je pense que c'est le plus petit cabinet de coaching individuel de france: 2.6m carrés

En 2019, je me rends compte qu'avoir séparé une identité "coaching" de mon identité "illustration" est une erreur. Ce qui fait ma "force" est l'alliance des deux.

J'abandonne la "marque" Beyond Max Q pour continuer à faire ce que je fais, sous mon nom. C'est en faisant des erreurs qu'on avance.

Illustration first

Aujourd'hui, en 2019, je suis définitivement principalement illustratrice. J'ai toujours autant de plaisir à faire des conférences et des ateliers. Aider et permettre aux gens de se voir tels qu'ils sont (plein de possibilités pour leur avenir) est quelque chose dont je ne voudrais pour rien au monde me passer.

Je travaille aujourd'hui avec des écoles, ou je monte des projets de livres illustrés. J'interviens dans différentes structures en tant qu'illustratrice. Et parfois je suis à la boutique atelier.

The best is yet to come

Aujourd'hui, j'ai encore plein de projets à accomplir. Peut être un livre (plusieurs sont en préparation....depuis plusieurs années) peut etre un nouveau concept d'exposition... peut être des jeux de cartes...

En tout cas, la création sur mesure, l'accompagnement des mes clients, l'envie de réaliser ce qui les touchera et provoquera l'émotion est ce qui me fait me lever chaque matin.

Et démontrer que oui, on peut vivre de sa passion, assurément.

To be Continued.

PRESSE & MEDIAS

Articles de journaux

émissions de télévision.

A PROPOS D'ARISTEIA

ARISTEIA A VERDUN

boutique atelier