· 

Et le regard des autres ?

On entend très souvent que la liberté, en tout cas la liberté morale et le bonheur intérieur se trouvent au bout d'un chemin qui nous apprendrait à dire zut, pour rester poli, au regard des autres. J'entends régulièrement pour ma part en conférence des personnes qui me disent :

 

"Oui, je sais qu'il faudrait que j'oublie le regard des autres et que je fasse comme si il n'existait pas."

Je vais peut-être vous surprendre (mais si c'était pas le cas, où serait l’intérêt de faire un article ? :) ) mais je ne suis pas d'accord avec cette affirmation. Pourquoi ?

 

Tout d'abord parce que, soyons clair, c'est impossible.

L'humain est un animal social, nous sommes faits pour entrer en interaction les uns avec les autres. Nous sommes faits pour échanger, le "regard des autres" fait partie du genre d'échanges qui sont notre quotidien. Imaginer qu'il existe une recette merveilleuse et extraordinaire qui nous permette de faire disparaître le regard des autres, comme ça, pouf, miraculeusement, c'est au mieux de la naïveté, au pire de l'arnaque. Vouloir faire disparaître le regard des autres, c'est mener un combat perdu d'avance, à moins de se réfugier au fond d'une grotte. Se rendre imperméable au regard des autres n'est pas vraiment possible, mais en plus, est-ce que c'est vraiment souhaitable ?

 

 

Si vous fuyez le regard des autres,  méfiez vous des singes.
Si vous fuyez le regard des autres, méfiez vous des singes.

Je n'en suis pas sûre.

 

En fait, le gros soucis évidemment c'est qu'on ne considère le regard des autres que porteur de critiques, et évidemment de critiques forcément négatives. Nous n'aimons pas être remis en question, nous pensons souvent que nous avons raison et que les autres ont tort (et pourtant, combien de personnes manquent de confiance en elles ? C'est un paradoxe dont je vous reparlerai un de ces quatre, promis ^^ ). 

 

Si on réfléchit bien, est-ce que vouloir "ne plus tenir compte du regard des autres" est une bonne chose ? Est-ce que réussir à ne se faire influencer par rien ni personne est un gage de bonheur ? Est-ce que se fermer complètement à tout ce qui nous entoure est la seule voie vers l'épanouissement ? Pour ma part, je n'en suis pas du tout convaincue.

 

Alors quel est vraiment le problème ? Le regard des autres, ou la façon dont nous le recevons ?

 

Vous voyez ou je veux en venir ? ^^
Vous voyez ou je veux en venir ? ^^

 Le problème n'est pas tellement à la racine pour le coup, mais dans notre appréciation de ce que nous recevons. Si on raisonne logiquement:

 

-soit il n'y a que quelques personnes, voir une seule, qui nous envoient du feedback négatif, et cela du coup ne devrait pas être trop dur à ignorer.

 

-soit il y a beaucoup, beaucoup de gens qui nous envoient du feedback négatif, et cela devient plus pénible. Mais peut-être dans ce cas-là, cela pourrait être utile de ne pas tout rejeter en bloc et de chercher à comprendre pourquoi donc beaucoup de gens disent "la même chose" ?

 

Attention, ne tombez pas de votre chaise ! Je ne suis pas en train de vous dire qu'il faut suivre bêtement l'avis de la majorité, mais peut-être trouver un compromis entre tout rejeter et tout prendre ? :) En soi, le regard des autres n'est pas forcément mauvais. Le problème ne se situe pas là. Le problème se trouve chez nous, même si ce n'est pas forcément agréable à entendre. Le problème n'est pas que les gens nous regardent, le problème est que nous sommes blessés par ce regard.

 

Et plutôt que de faire un travail sur nous pour apprendre à ne plus être blessés par ce regard, on continue à vouloir qu'il cesse.

 

Oui mais non, comme je le dis souvent, (et je ne suis pas la seule ! ) on ne peut pas faire changer les autres contre leur gré, et en tout cas il est cent fois plus facile de se changer soi-même !

 

Le regard des autres nous pose souci parce que nous avons des failles, parce que nous sommes fragiles, ou fragilisés. 

 

Quand le regard des autres nous blesse, je suis convaincue que la réponse n'est pas de l'ignorer, comme je l'entends souvent, mais d'apprendre à l'accueillir sans qu'il nous blesse. On l'entend, on l'écoute, on décide de le garder dans un coin de notre esprit, ou de le rejeter, et puis on passe à autre chose.

 

Nous avons infiniment plus de "pouvoir" que nous le pensons. Nous ne sommes pas obligés de subir, et plutôt que d'attendre que le monde change, nous pouvons changer nous pour vivre plus heureux et plus épanouis.

 

Apprendre à discerner le "bon" regard des autres du mauvais, ou plus simplement apprendre à discerner le regard constructif du regard destructeur est une des clés de ce changement. Ce n'est pas en faisant l'autruche et en imaginant que les choses n'existent pas qu'elles cesseront effectivement de vous faire mal, mais au contraire, c'est en apprenant à aller "avec le courant" que vous pourrez prendre confiance en vous et boucher ces fragilités qui vous empoisonnent la vie.

 

Activez votre super pouvoir et ne retenez que le positif !
Activez votre super pouvoir et ne retenez que le positif !

 

Évidemment, je ne suis pas en train de dire que c'est forcément facile. Mais c'est, j'en suis sure, une des meilleures solutions pour réussir à avancer dans la vie sans se réfugier dans une grotte et en continuant à vivre ensemble.

 

 

 

 

-Redpaln